Dîner au palais de la rue Sainte Réparate, souvenirs!

Ils s'étaient connus en culotte courtes et la glace leur disait, vous êtes des notables.

 

Emmanuel avait eu la joie de construire pour Théodore la merveilleuse villa d'inspiration hélénique de Beaulieu sur mer.

K

On s’installa dans la petite salle à manger ouverte sur le jardin. Dans cette pièce délicate où était dressée la table du dîner, on était dès l’entrée envoûté par un délicieux parfum de roses. La nuit étoilée pénétrait dans la maison, laissant apparaître entre les branches d’un figuier un croissant de lune posé sur une branche.

— Georgio, laisse-moi deviner, tu es donc resté fidèle à « Isaac Pereire » le rosier que nous sentions au-dessus des clôtures lorsque nous allions à l’école ?

— Oui, j’ai retrouvé cette fragrance de nos jeunes années chez un vieux pépiniériste à Biot et en ai planté un pied contre le mur du jardin. Le bonhomme m’avait pourtant mis en garde.

— Ici, vous êtes très proches de la mer et je crains que ce rosier ne le supporte pas.

— En fait, notre locataire végétal s’est rapidement infiltré sous la terrasse et cette situation souterraine et protégée du vent lui convient parfaitement.

Georgio ferma les yeux un instant en sirotant le champagne de sa coupe ; la présence de son vieil ami d’enfance le ravissait. Il était surtout impressionné devant ce personnage. Emmanuel, malgré ses nombreuses années de vie en Italie et maintenant son installation à Paris, conservait tout frais dans sa mémoire les petits faits de leur enfance niçoise, comme si c’étaient des pépites secrètes réservées aux seuls initiés.

— Toi aussi tu as gardé ce souvenir olfactif ? Quel plaisir de te voir ce soir, tu es toujours le même homme… bien que tu ne sois plus trop provençal, mais ça, nous ferons avec !

— Peux-tu me dire pourquoi un Provençal ne pourrait pas être un homme à responsabilités ? Il faudrait que toi et moi, nous soyons restés les ravis de la crèche ! Tu as gardé le souvenir de nos jeunes années, c’est bien, mais admets que nous avons irrémédiablement changé.

Giovanna plaça les convives. Elle souriait en entendant les deux patriarches, heureux de se rencontrer, mais prompts à se quereller. Elle prit des nouvelles de la famille de l’invité, en prenant place à table.

— Ils sont restés à Paris, car je ne suis ici que pour quelques jours. J’ai rendez-vous à Beaulieu-sur-Mer à la villa Kérilos, pour un problème d’infiltration d’eau au niveau du péristyle.

— Ce n’est tout de même pas toi qui répares la plomberie de cet édifice !

— Non, mais c’est moi qui l’ai conçu et je me sens un peu responsable de son devenir, surtout après la disparition du propriétaire, Théodore Reinach, avec lequel je m’étais si bien entendu lors de la construction de la villa.

Le dîner se déroula selon les codes de la bonne bourgeoisie. Le service était assuré par les deux bonnes et une Augustine royale dans sa robe noire et son petit tablier blanc orné de dentelle. Ce soir, on pouvait voir chez la virtuose de la cuisine piémontaise une inattendue et minuscule coiffe posée comme un far breton sur le haut de son crâne ; elle semblait très fière de cet édifice.

Giaco observait attentivement les évolutions de cette curieuse construction capillaire, car il en prévoyait la chute avant la fin du repas.

— J’adore dîner chez toi, Georgio, bien entendu pour avoir le plaisir de te voir ainsi que ta famille, mais aussi, je l’avoue, parce que je suis un incorrigible gourmand. Et vois-tu, la cuisine d’Augustine est un vrai délice. Ce soir, ses agnolottis maison étaient un véritable voyage au paradis des gastronomes.

— C’est vrai qu’Augustine…

— Tu as de la chance, mon garçon. À Paris, trouver une telle merveille, c’est mission impossible. Si tu étais un véritable ami, tu me permettrais d’enlever ta cuisinière !

— Assassin. Tu le sais bien, Paris la tuerait !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×