L'actu de la publication de "Nous irons à Compostelle"

 

"Nous irons à Compostelle" sur Amazon.

 

                            Bonjour à toutes et à tous.


Le docteurto a le plaisir de porter à votre connaissance la publication de son dernier roman "Nous irons à Compostelle"

Vous trouverez cet ouvrage sur le site d'Amazon en tapant Nous irons à Compostelle dans la barre de recherche en haut de la page d'accueil.

Vous pourrez le feuilleter en cliquant sur l'image, ceci vous permettra de voir la 4° de couverture, des pages de façon aléatoire et un extrait du roman.

Nous irons à Compostelle, c'est le parcours cahoteux d'un adolescent juif confronté à l'inquisition à la fin du moyen-âge. Il doit fuir Tolède et s'installer à Anfa (ancienne Casablanca) au Maroc. Protégé par Isabelle de Castille il revient en Espagne deux ans plus tard mais doit abjurer sa religion.

Le jeune maranne n'aura alors de cesse de reconquérir une honorabilité dans sa vieille Castille en devenant philiatre puis médecin-barbier. Nous le savons tous, ce qui nous abaisse nous rend plus forts.

Sur le chemin de Compostelle il deviendra catholique pour plaire à Dieu mais aussi à Catherine de la Cueva une jeune noble catholique qu'il arrache au couvent.

Merci de réserver le meilleur accueil à David, Catherine, Ahmed et Livia. Ils sont bien loin de nous mais une courte réflexion nous les rend bien plus proches de notre 21° siècle.

Je vous souhaite un bon voyage malgré  les routes défoncées et les nuit d'insomnies dans des auberges dôuteuses où on couche à quatre sur un matelas de seigle.

                           Amitiés.  JP  Taurel alias docteurto

 


Vous vous informerez selon vos souhaits en laissant à l'auteur un message dans le menu à gauche : Joindre l'auteur.


                         Bonne lecture et bon surf à vous...

 

 

couv-sn-004-1-moyenne.jpg

                                                                                                 Photo : Gérard Nataf.

Pris au piège sur le chemin de Compostelle.

poignard-bowie.jpg

Sur le chemin, méfions-nous de certaines "pèlerines"!

Louis et sa compagne étaient apparus à l’entrée du village dans la soirée. Sans un mot aux deux garçons, ils s’étaient dirigés vers la grange dont ils avaient refermé la porte derrière eux… la jeune femme semblait de fort méchante humeur. Lorsque ils furent seuls, elle énonça ses revendications.
-- On ne va tout de même pas coucher dans ce bouge ! Même la mule ne serait pas d’accord pour ce gite. Je connais une maison toute proche, suis-moi Louis, je te promets que tu dormiras avec moi dans un bon lit. --
Le jeune homme, comme toujours aveuglé par l’amour obéit sans poser de questions et les deux amoureux arrivèrent en effet devant la porte d’une maison confortable que la belle brune ouvrit sans frapper.
-- Alors, on n’est pas mieux ici au lieu de se piquer les fesses sur la paille de tes copains ! –
--Tu as bien raison, ce lit, c’est une vraie merveille. Le pèlerinage ne nous oblige pas à vivre comme des misérables ! --
--A propos, je te le dis, tes amis ne sont pas les miens, ils ne m’aiment pas, je crois qu’ils sont jaloux, ils t’envient… viens mon amour on se restaurera après ! --
Elle l’embrassa avec fougue, commença à le caresser puis retira ses vêtements avec une lenteur calculée et raviva la lanterne. 
Quand elle fut couchée Louis au comble de l’excitation parcourut dans la peine-ombre le corps de son amie et lui fit l’amour sans retenue jusqu'à ce que terrassé de bonheur et de fatigue il s’endorme sur elle.
Une porte claqua, menaçant de moucher la chandelle.
-- Mais que fait ce bouffon dans un lit avec ma sœur ! Tu sais ce que tu fais-là malheureux ? Ça va te coûter cher mon camarade! –
--Maria, qui c’est ? --
--C’est moi qui pose les questions. Debout contre le mur, laisse tes habits où ils sont, tu n’avais pas de chausses sur le matelas avec ma sœur, tu n’en a pas plus besoin maintenant allez dépêche toi et surtout, évite de m’énerver. --
La phrase à peine terminée, Louis reçut un violent coup de fouet dans le dos suivi d’un autre sur les jambes.
-- Maria, ma chérie, explique à cet homme, il dit qu’il est ton frère mais il ne sait pas qui je suis, dis lui que nous nous aimons et que je vais t’épouser. --
-- Tu vas fermer ta gueule ou tu veux que je le mouche gravement ton petit museau de claque-merde ! Alors, petit Français, on vient en Espagne pour salir nos filles ! Tu peux appeler Maria, elle n’est plus là Maria. Ne perdons pas de temps, où tu as-tu mis tes doublons ? Je m’impatiente. --
-- Vous voyez bien que je n’ai pas de fortune, je suis un pèlerin, je suis venu avec pour tout patrimoine, ma vieille mule qui m’aide à porter mon bagage. --
-- Un pèlerin toi, mais tu te fous de ma gueule ! Un pèlerin qui trousse les filles sur le chemin, et ta mule, c’est ma mule, je l’ai reconnue ! Tu as essayé de me la faucher, salaud ! Tu déshonores ma sœur, tu voles ma mule et tu ne veux pas payer pour tout ça ? -- 
Une série coups de fouets ponctua le discours du frère de Maria, Louis comprit mais un peu tard qu’il ne devrait son salut qu’à une contre-attaque par la ruse. Il se retourna brusquement et administra un violent coup de pied dans les reins de son tortionnaire. C’est alors qu’il vit briller une lame sortie d’une tenture, un bras et enfin le visage grimaçant de Maria qui lui planta son couteau dans la poitrine, il sentit une brûlure profonde une fatigue… une grande fatigue et puis … plus rien.
http://www.amazon.fr/Nous-irons-Compostelle-synagogue-cathédrale/dp/1481270583/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1361879137&sr=8-1
Nous irons a Compostelle: De la synagogue a la cathédrale.
www.amazon.fr
Nous irons a Compostelle: De la synagogue a la cathédrale.

Le beau Christophe Colomb

http://www.facebook.com/jeanpierre.taurel
caravelle-nina-2-gd-1.jpget entrez votre texte

Le beau Christophe Colomb

Un bruit insistant courait dans la ville, un Génois un peu fou aurait armé trois navires de haute mer pour courir à la découverte des Indes et la très catholique Isabelle, reine de Castille aurait donné son accord et forces doublons pour monter l’expédition.
Ce jeune marin de belle tournure s’appelait Christofo Colombo(5), du geste et du regard, il aurait impressionné Isabelle(4). La reine, on le sait avait un fort caractère et il lui fut bien facile de convaincre son royal époux d’épauler le projet. 
Le roi était encore auréolé de sa victoire contre les Arabes à Grenade et à bien réfléchir… une découverte dans les Amériques ne pourrait que conforter sa puissance, il donna donc son accord à Isabelle… et force doublons à Colomb !

Si vous aimez, postez le lien à vos amis, merci.

http://www.amazon.fr/Nous-irons-Compostelle-synagogue-cath%C3%A9drale/dp/1481270583/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1361461022&sr=8-1

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×